Sélectionner une page

Nous avons signé la semaine dernière 🎉

Il aura fallu trois ans pour trouver le bien idéal et des personnes partageant notre vision d’un habitat collectif sobre, résilient et ouvert sur le territoire.

Concrètement, entre aujourd’hui et fin 2022, nos cinq foyers emménageront ensemble vers Tournus, au nord de Mâcon, à 1h de Lyon.

La décision ne s’est pas faite instantanément.

Il y a 4 ans, un copain nous avait fait une proposition similaire et nous avait montré une liste de quatre grandes maisons parfaites pour montrer un habitat collectif à la campagne. A l’époque nous n’étions pas prêts, mais l’idée est restée…

Lorsque le covid est arrivé, ma relation au travail a changé : la crise sanitaire m’a permis de comprendre qu’on pouvait (et devait) télétravailler dès que c’était techniquement possible. Je pouvais donc envisager de m’éloigner.

Étant de surcroît persuadé que les conditions de vie urbaines vont fortement se dégrader dans les prochaines années, j’y vois même une forme de résilience…

Bien sûr, l’idée directrice est celle de la sobriété : l’habitat collectif va nous permettre de mutualiser les moyens (chauffage, machine à laver, voitures, outils…) et nous allons avoir à terme nos propres productions alimentaires et énergétiques.

La sobriété sera également indirecte puisque mon budget logement sera désormais partagé. Mes obligations financières vont considérablement diminuer (crédit immobilier, impôts fonciers, charges), ce qui me donnera beaucoup plus de liberté pour choisir des activités moins rémunératrices mais plus utiles.

Enfin, je mise sur cette nouvelle vie pour réduire encore plus mon bilan carbone.

La démarche est importante à mes yeux pour s’adapter aux crises environnementales actuelles, et par responsabilité en matière d’émissions carbone. Je suis plutôt dans un esprit pragmatique, loin des idéologies communautaires des années 70.

Il y a évidemment encore beaucoup de travail pour définir les règles du “vivre ensemble”. Je donnerai plus de détails sur ce point prochainement.

Ce que je peux dire dès à présent c’est que nous allons attendre un an avant d’accueillir de nouveaux foyers afin de stabiliser le groupe actuel.

Est-ce que cette démarche vous parle ? Vous envisagez aussi de changer de cadre de vie pour être plus sobre et résilient ?